The Last Shadow Puppets – What did I expect ?

The Last Shadow Puppets

J’ai pris mon temps pour faire cette chronique. Pas vraiment par souci d’objectivité (admettons-le tout de suite, je ne le serai jamais concernant The Last Shadow Puppets). Mais je voulais prendre le temps d’écouter et de m’imprégner de ce nouvel album. Ne pas écrire un avis dans l’euphorie du moment.

Mais, la magie opère toujours quelques semaines après sa sortie.

“Everything you’ve come to expect”

Le titre de ce 2e album de The Last Shadow Puppets est particulièrement intéressant.

Pourtant, je n’aime pas quand un artiste choisit un morceau en particulier pour titrer son album. Comme si, un seul titre pouvait résumer 45 minutes et une dizaine de chansons composées à des moments et parfois des lieux différents.

Mais “Everything you’ve come to expect” (tout ce à quoi tu t’attendais”) résume bien mon ressenti : ce nouvel album de Alex Turner et Miles Kane est… tout ce à quoi je m’attendais : des violons qui se mêlent aux guitares, des mélodies léchées, un petit air crâneur et flegmatique… Je me doutais bien que l’album ne serait pas aussi symphonique que “The Age of the Understatement” : les deux Anglais ont tout simplement grandi entre les deux opus. En 2008, ils avaient le visage encore ponctué des traces rougeâtres de l’adolescence et son excès de sébum ; en 2016, ce sont des hommes. La voix est plus affirmée, les déhanchés assurés et les accords plaqués avec fermeté, comme dans “Sweet Dreams, TN”.

A LIRE AUSSIThe Last Shadow Puppets : tout ce qu’on pouvait attendre

The Last Shadow Puppets font la playlist de l’été

Cet album est pour moi parfait pour l’été qui s’annonce. On y retrouve suffisamment de rythmes pour dandiner de la tête à côté du barbecue, assez de nonchalance pour lézarder au bord de l’eau et la dose de douceur nécessaire pour profiter de la fraîcheur de la nuit. Bref, il est langoureux comme le soleil de la Californie. L’album a été enregistré à Malibu… ceci explique sûrement cela.

“Everything you’ve come to expect” contient de très bons singles à l’efficacité radiophonique redoutable. J’ai longtemps hésité entre la chanson éponyme (ce petit air de clavecin est juste magique), et “Aviation” pour élire ma chanson favorite de l’album… mais je suis finalement incapable de faire un choix. Comme pour un album des Arctics Monkeys, chaque morceau recèle des surprises et vaut le détour. The Last Shadow Puppets ont réalisé un album sensuel et langoureux à écouter doucement du début à la fin.

3 thoughts on “The Last Shadow Puppets – What did I expect ?”

  1. Pingback: Pulp : le frisson Hardcore - Le Cri de la Lyonne

  2. Pingback: Arctic Monkeys : mon avis sur Tranquility Base Hotel & Casino

Leave a Reply