Marlon Williams, la voix des grands espaces

Marlon Williams

On m’a fait découvrir Marlon Williams via la chanson “Strange Things” : “Hey, y’a une nouvelle chanson sur une Lucy, tu devrais écouter“. J’avais donc un intérêt personnel à découvrir comment mon prénom était de nouveau utilisé en musique.

Le petit air folk, joué à la guitare, les sonorités légères et très aériennes de la musique, et la voix de Marlon Williams m’ont tout de suite captée. Je n’en ai pas voulu au musicien neo-zélandais et australien de faire mourir son personnage : “I hear strange things creeping in at nigh / I have strange dreams in the bed where Lucy died” et je me suis donc penchée sur l’album éponyme du chanteur pour une écoute attentive.

Marlon Williams : une voix magique et une ambiance envoûtante

Apaisant est sûrement le mot qui résume le mieux le sentiment qui émane de ce disque. On “entend” les grands espaces, on a des envies de voyage, sûrement en raison des petits accents country qui émanent ça et là dans ses titres.

Marlon Williams fait une musique à la croisée des chemins. C’est une folk simple, guitare/voix, mais certains morceaux comme “Hello Miss Lonesome” ou “I’m lost without you” rappellent parfois les arrangements de Ennio Morricone, dans l’emploi des choeurs notamment ; et aux images des paysages filmés par Sergio Leonne de venir accompagner l’écoute de cet album.

Un peu crooner par la voix, un peu country par l’usage du bottle-neck, on voyage d’un morceau à l’autre entre le blues, le negro-spiritual et même de belles sérénades espagnoles.

Marlon Williams a une voix très chaleureuse qui contre-balance la grande mélancolie de ses paroles (un veuf qui perd la raison, un amour perdu, un enfant terrible qui brise une famille…). A 25 ans, le chanteur montre une maîtrise vraiment impressionnante : puissance, douceur, tristesse. Il arrive à faire passer beaucoup d’émotions. Selon moi, c’est “When I was a young girl”, une reprise d’une chanson traditionnelle, qui est la plus marquante. Elle me fait penser aux chansons de Luz Casal.

L’album de Marlon Williams fait partie de ces albums qui s’écoutent : on ne tape pas du pied, on ne secoue pas la tête, mais on ferme les yeux et on se laisse emporter par la musique, tout doucement.

Marlon Williams sera en concert au Pop up du label à Paris le 15 avril et au Printemps de Bourges le 25 avril prochain.

1 thought on “Marlon Williams, la voix des grands espaces”

  1. Pingback: William Z Villain, une musique hypnotisante | Le Cri de la Lyonne

Leave a Reply