Designated Survivor : une belle promesse mal exploitée

Critique et avis de Designated Survivor

Designated Survivor saison 1

Voilà une série qui s’annonce prometteuse : un ministre inconnu et de petite envergure (Kieffer Sutherland) se trouve parachuté à la présidence de la République des Etats-Unis après qu’un acte terroriste sans précédent décime l’ensemble du gouvernement américain. On suit son arrivée au pouvoir, la prise en main du poste, ses prises de décision. Il est innocent, plein d’idéaux et de candeur, mais on se plait à s’identifier à lui pour découvrir les rouages de la politique américaine.

La série a été diffusée sur ABC donc forcément, la grandeur des Etats-Unis d’Amérique est mentionnée à grand renfort de discours et de scènes patriotiques. Mais c’est aussi une critique à peine dissimulée de l’administration Trump.

Malheureusement, passée la 1ère moitié de la saison, le rythme s’essouffle. La série s’installe dans une routine et les personnages ne gagnent pas en profondeur. On attend la résolution de l’intrigue de façon très passive. C’est un peu comme une promesse de campagne, on y a cru, mais on en ressort déçu.

Designated Survivor Saison 2 

Cette nouvelle saison Designated Survivor commence poussivement. Chaque épisode répond au classique de la télévision américaine : un problème =>une résolution. L’arc narratif principal est simplement survolé et le grand méchant à l’origine de l’attentat est non seulement abattu très tôt dans la saison, mais manque cruellement de profondeur. La série s’enlise dans des épisodes plan-plan à la résolution courrue d’avance et on commence sérieusement à s’ennuyer. (ATTENTION SPOILER) Du coup, les scénaristes tentent une solution désespérée pour réveiller l’attention du téléspectateur : ils tuent la femme du président !! On se reprend à avoir de l’affection pour Tom Kirkman. Alors on continue. Mais sa candeur laisse la place à une naïveté vraiment agaçante, à laquelle s’ajoutent des facilités scénaristiques déconcertantes. Ah bon ??? Les services secrets ne scannent pas tous les objets qui arrivent dans le bureau ovale pour vérifier qu’il n’y a pas de micro ? Après tout, ce n’est pas comme si c’était le bureau de l’homme le plus important du monde, comme c’est dit et répété maintes fois dans toute la série !

Designated Survivor saison 3

La politique reste au 1er plan mais de nombreuses histoires secondaires viennent la parasiter. Des personnages secondaires, sont soudainement apparus, et l’histoire se concentre maintenant sur leur petit tracas. (ATTENTION SPOILERS) comme le nouveau chef de cabinet, sa femme toxicomane et sa maîtresse, la maman d’Emily qui se bat contre un cancer, ou une histoire d’amour entre le chargé de la communication digitale et un garde du corps de la Maison Blanche.

Ce sont des personnages secondaires, leurs histoires passent donc au second plan par rapport à l’arc narratif. On n’a le temps de s’attacher à aucun d’entre eux et leurs petites histoires n’apportent rien à la principale. Bref, on s’en fout. On a l’impression que leur arrivée et leurs tracas sont parachutés pour remplir des quotas de Netflix. Parler du cancer ? Check ! Parler de l’homosexualité ? Check !  Parler des minorités ? Re-check ! Ca n’apporte rien à l’histoire, à part satisfaire tout le monde et de tomber dans la démagogique.

Sans parler des personnages secondaires des précédentes saisons qui ont mystérieusement disparus sans aucune explication ? Léo, le fils du président ? Mike, le garde du corps ? Trey, le frère du président ? ou encore Kendra, la conseillère judiciaire du président ou Lyor ?

Quant à Hannah Wells, l’ex-agent du FBI. Elle travaille à présent pour la CIA et n’a plus aucun lien avec la Maison Blanche. Mais elle se retrouve au cœur d’une enquête autour des biovirus… qui n’a aucun lien avec l’histoire, sauf dans les 2 derniers épisodes. Mais les deux histoires se connectent de façon vraiment impromptue. Les scénaristes auraient pu en faire un spin-off que ça aurait été plus efficace. Le temps accordé à son histoire, dessert la course à la présidence, qu’on ne suit que de très très loin. (ATTENTION SPOILERS) Quant à sa mort, elle résume l’évolution de son personnage : il était temps de s’en débarrasser.

Bref, Designated Survivor saison 3 s’enlise encore plus. On la finit poussivement et avec hâte pour passer à une autre série. Dommage.

Leave a Reply