Le blues du rockeur

Le rock est-il mort ?

Le rock ‘n roll est-il mort ? Cette (vaste) question m’a taraudée sur la route de retour de l’édition 2018 de Carnavalrock.  C’est à la suite d’une longue et passionnante discussion avec Steeve Lannuzel, le chanteur des Craftmen Club que je me la suis posée.

Rap the casbah 

Cet homme est un véritable amoureux du texte, des mots et de la phrase bien faite. Mais l’entendre déclarer : « Orelsan, c’est le nouveau Clash » m’a laissée le cul par terre.

Je n’aurais jamais cru entendre ça de la part d’un rocker. Ce n’est pas par manque de respect pour Orelsan, ou par mépris du rap. Mais tout de même, il y a, à mon sens, un sacré fossé entre les Clash et Orelsan ! 

Je venais discuter avec un poète rockeur et je me suis trouvée face à un homme en plein spleen. Baudelaire a raccroché sa guitare. D’ailleurs, il s’agissait de l’antépénultième date pour les Craftmen Club, le groupe s’est séparé quelques jours après.

Je l’ai donc quitté avec la tête pleine de questions, un gros coup de cafard et l’envie furieuse de fouiller dans ma discothèque pour lui prouver que non, le rock n’est pas mort !!

Il est où le rock ? Il est où ?

Et pourtant, j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouvé de groupe ou d’artiste rock qui possède un style ou une façon d’être vraiment unique et innovante, qui revendique son envie de changement ou qui soit un véritable poil à gratter pour la société.

Les Arctic Monkeys ? Sans Pulse, ils n’auraient  jamais existé.

DeWolff et Datcha Mandala ? Sans Led Zeppelin, on ne les écouterai pas aujourd’hui. Last train ? Là encore s’il n’y avait pas eu tout un courant massif de rock garage, il n’existerait probablement pas.

Le rock est-il devenu une musique de vieux ? Ou de jeunes nostalgiques ? 

J’ai mis du temps à publier cet article. Plus d’un an, comme si je ne voulais pas accepter ce fait. Le rock, ce mouvement contestataire, hors norme, excessif et novateur n’est plus. Seuls persistent des amoureux du genre, nostalgiques d’une époque ou amateur des sonorités, du style et de la façon d’être…

Mais je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître…

Leave a Reply