Introduction au minimalisme

Comment j'essaie de devenir minimaliste

On ne se réveille pas un beau matin en se disant : “C’est décidé. A partir d’aujourd’hui, je deviens minimaliste.” C’est un long cheminement, une réflexion qui doit mûrir en soi. Cela passe par des révélations, des questionnements, de la documentation, des discussions, des partages d’expériences… Avant de devenir une évidence.

Minimaliste, pour quoi faire ?

Nous sommes imprégnés de capitalisme, de consommation. Tout s’achète, tout se vend. Même les souvenirs ! Nous avons réussi à matérialiser et à fabriquer en série quelque chose qui est de l’ordre même du cérébral et qui par définition donc, est unique.

On ne peut donc pas changer des comportements si lourdement ancrés en nous. Il est impossible de s’imposer un régime hyper strict du jour au lendemain. Il en est de même pour notre style de vie.

En commençant la rédaction de cet ouvrage, j’avais la chanson de Madonna : “Material Girl” dans la tête. Une hymne à la consommation mais dont le clip montre que les biens ne font pas tout : les relations humaines et la simplicité sont essentiels.

Et si être soi, simplement soi, était le clé du bonheur ? J’ai une vie plutôt trépidante comme beaucoup de personnes. Travail, famille, sorties, amour… J’en ai parfois le tournis quand je vois mes to-do lists quotidiennes et mensuelles. Je cours après le temps en permanence. Je me réveille le matin, je prends une grande inspiration pour attaquer la journée : ouvrir les volets, mettre la radio, lancer le café, nourrir le chat, prendre le petit déjeuner, prendre ma douche, m’habiller, me maquiller, prévoir ma gamelle pour le midi, me chausser et filer au travail (où le rythme est encore plus intense). En une heure. Ce n’est pas la mer à boire ! Et certains diront : “Attends d’avoir des enfants et tu verras !” Mais justement, je n’ai pas envie de voir comment la situation peut s’empirer !

Faire simple pour faire mieux

J’ai envie de simplifier ma vie, radicalement. De retrouver l’essentiel de la vie. 

Je n’ai plus envie d’ouvrir mon placard grinçant et qui déraille systématiquement pour dire : “Je n’ai rien à mettre” face à une pile de vêtements. Ils sont globalement bien rangés : les T-shirts sur une étagère, les pantalons sur une autre, les robes dans la penderie ! Mais dans la profusion, aucun ne se démarque.

Je n’ai plus envie de fouiller dans le placard de la salle de bains, de faire tomber 3 flacons pour prendre un disque de coton.

Et je n’ai plus envie de ne pas réussir à ouvrir le meuble à chaussures parce qu’il est trop saturé, pour au final enfiler ma paire de baskets que j’ai jetée dans le couloir la veille au soir en rentrant.

Et enfin, je n’ai plus envie de dire en permanence que je suis fatiguée. Mais fatiguée de quoi ? Je dors 7h par nuit ! J’en suis arrivée à la conclusion que je suis fatiguée 

  • D’avoir un quotidien encombré et qui m’encombre l’esprit,
  • D’être toujours dans l’anticipation de ce qui va arriver. J’organise et prévois le futur : planning de travail, planning familial, planning avec mon amoureux. Résultat : mon planning de week-end est systématiquement saturé 3 mois à l’avance ! J’ai de très beaux projets dans la vie : emménager avec mon amoureux, nous créer notre foyer, faire des sorties avec des amis ou de la famille, mais je ne profite de rien.
  • D’avoir les yeux encombrés de reliquats du passé : un souvenir de voyage effectué avec une amie dont je n’ai plus de nouvelles, une couverture vestige d’une autre vie…

Je vis dans un musée de mes autres vies et je me consacre tellement au futur que j’en oublie le présent. Ca doit changer ! C’est dans cet état d’esprit que j’ai découvert le minimalisme.

Minimaliste, un effet de mode ?

Au début, j’ai pris ça comme une lubie de bobos, pro-gluten et vegans. On n’est pas des moines ! Je n’ai pas fait voeux de frugalité ! Mais au fur et à mesure que j’avance dans la vie, je réalise que les choses qui ne nous entourent ne sont pas l’essentiel.

Pourquoi acheter une énième petite robe noire qui ira moisir dans le fond du placard alors que dîner dans notre restaurant fétiche avec mes soeurs me donnent tellement plus de joie ? Pourquoi acheter une paire de chaussures à talons qui me fait déjà mal aux pieds dans la boutique alors que rester pieds nus sur le balcon de mon amoureux en dégustant un verre de Terre et Mer avec lui me suffit à me dire que j’ai passé un bon week-end ?

1 thought on “Introduction au minimalisme”

  1. Pingback: Minimaliste : ma sélection de livres pour se lancer - Le Cri de la Lyonne

Leave a Reply