Arctic Monkeys : Voilà, voilà…

critique du dernier album des arctic monkeys

Voilà. J’y suis. J’ai une heure tranquille devant moi. Je n’ai plus d’excuse à trouver : je me lance dans l’écoute du dernier album des Arctic Monkeys : Tranquility Base Hotel & Casino. Vous le savez certainement, la sortie du 6e album du groupe de Sheffield était l’évènement musical du mois, si ce n’est du semestre, voire de l’année (soyons fou) pour qui aime un tant soit peu la musique.

Le 11 mai, le jour de sa sortie, je me suis fait spoiler par quelques critiques ! Oui spoiler, ce groupe est devenu un phénomène au même titre que Star Wars ou Game of Thrones. Je savais donc que certains avaient adoré cet album et que d’autres avaient carrément détesté. Au moins c’est tranché ! Je n’ai plus qu’à me faire ma propre opinion.

Après la magnificence de AM, j’ai peur, très peur, d’être déçue ! Alors pour l’occasion, je me suis livrée à un petit exercice : Écrire cette chronique au fur et à mesure que je découvre l’album. Voici mes impressions, brutes.

Un hôtel bien calme pour les Arctic Monkeys !

Les premières notes de Star Treatment s’écoulent tranquillement. Je fais le vide dans ma tête et je me concentre sur la musique. C’est un plaisir de réentendre la voix du chanteur des Arctics Monkeys mais, comme dirait Alain Chabat : “C’est bien, mais pas top“. Il manque un truc : la batterie est molle. Et en même temps, il y a un truc de trop : c’est quoi ces effets sur la voix de Alex Turner ?

La 2e chanson arrive et c’est la même chose. Encore une fois, il manque un truc. J’ai le souvenir de Do I Wanna know où la batterie était sèche et cinglante. Elle nous captait immédiatement avant que les riffs de la guitare ne nous enlacent définitivement. Il a suffit d’un morceau pour que je succombe immédiatement au charme de l’album AM. Ici, avec Tranquility Base Hotel & Casino, ça ne prend pas.  Pour être tranquille, c’est sacrément tranquille ! Je m’imagine Alex Turner en studio d’enregistrement : lunettes noires sur les yeux, main dans la poche de son pantalon (c’est quoi ce nouveau look!), une clope à la main. Oui on dirait Gainsbourg dans l’attitude, mais n’est pas Gainsbourg qui veut ! Même Alex Turner !

Je vous résume les 5 premiers morceaux de l’album : elles sont identiques à la première ! Quelques notes égrainées au piano/clavecin… Une guitare groovy mais distante, la batterie en mode binaire et sans subtilité. Matt Helders a dû se faire tellement chier pendant les enregistrements, lui qui a des percu si étonnantes ! Et puis la voix d’Alex Turner ! Entre les mimiques (qui commençaient à être un poil agaçantes dans des versions live de AM) et cet espèce d’auto-tune/reverb… c’est juste dégueulasse.

Le tout forme un ensemble qui n’accroche pas l’oreille. On dirait une compil’ des titres qui ne méritaient pas de passer sur le dernier album des Last Shadow Puppets. Ce n’est vraiment pas convaincant.

Et puis, un peu de lumière. Enfin, un air titille mon oreille. C’est la 6ème chanson de l’album Four Out Of Five, le 1er single. Là, on reconnait la diction du leader des Arctic Monkeys et sa voix, car il n‘y a plus peu d’effets. On retrouve tout ce qui fait la superbe du groupe, la guitare est pêchue, la batterie me fait battre la mesure du pied. Enfin on y est !

Et bien, il faillait en profiter puisque ça retombe. She Looks like Fun est pas mal, mais j’ai l’impression de l’avoir déjà entendu quelque part. Et finalement, on finit avec Ultrachesse, qui passe aussi. Mais…

PUTAIN ! Elle est où la claque que j’avais reçue en écoutant AM et que je reçois encore à chaque fois ! Il est où le groupe qui a su se réinventer à chaque album, qui faisait des titres qui grattaient l’oreille, qui intriguaient, qui hypnotisaient ! Visiblement, il s’est perdu sur la route du studio. Ici, il n’y a qu’un seul titre qui se distingue. Les autres sont identiques. On dirait un mix entre leur style seventies de AM et Everything You’ve come to expect des Last Shadow Puppets, mais en moins bien. Je suis dure, mais c’est ce que je ressens. Je suis déçue.

Revenez quand vous voulez les gars, vous serez toujours les bienvenues. Mais revenez avec un disque bien. Moi, je vais cacher ma déception dans une grotte.

Arctic Monkeys – Four out of five

Leave a Reply