Hellfest : les Sticky Boys se souviennent !

Sticky Boys calling the devil

Quand on va au Mondo Bizarro de Rennes, ça parle musique. Les clients arrivent, vêtus de leur plus belle veste à patch. AC/DC, Iron Maiden, Airbourne, Metallica… pour ne citer que les plus connus.

Forcément, le Hellfest arrive vite dans la conversation. J’en profite pour demander à Tom, le batteur des Sticky Boys (au centre de la photo) de me raconter comment c’était de jouer sur la Main Stage du Hellfest. C’était l’instant émotion de la soirée.

La première fois, c’était dans le Metal Corner, la petite scène qui est en off du Hellfest. Ca reste organisé par le Hellfest, mais c’est en dehors de l’aire du festival, juste entre les campings et le festival. C’était en 2012 je crois.

Par contre en 2015, on a eu la chance d’avoir un slot sur la Main Stage, donc la plus grande scène du festival, en fin de matinée. On attaque le concert, il y a déjà 5.000 personnes devant nous et t’en as autant qui sont en train d’essayer de rentrer. Donc on finit devant 10.000 personnes pour un groupe comme nous, c’est fou ! Surtout qu’on adore ça les festivals rock. On y va chaque année en tant que festivaliers. On connait les lieux comme chez nous. D’ailleurs, quand on a joué là-bas, on avait notre tente plantée chez les festivaliers. Hors de question qu’on soit dans des trucs VIP ou quoi ! C’est notre maison le Hellfest, on connaît ce festival, ainsi que d’autres, comme notre poche, parce qu’on y va souvent. On est amateur de musique avant d’être musicien. Donc être dans ce festival-là, être sur scène au lieu d’être dans le public, c’était un espèce de renversement de situation, qui pour nous était très très drôle.

Quel est ton meilleur souvenir de tournée ?

Le Hellfest reste un de mes meilleurs souvenirs de tournée. Quand tu montes sur cette scène-là, que tu vois la pelouse à perte de vue que tu connais par coeur parce que tu y étais normalement. Et là t’es sur la scène. Y’avait ma batterie qui était installée là et je regardais. Je voyais au-delà de ma batterie, l’étendue verte et je savais que les gens n’étaient pas encore là, mais qu’ils allaient arriver et que ça allait remplir toute cette pelouse… c’est émouvant.

Sur la route aussi, on a des milliers de souvenirs. Parce qu’on est copain avant tout. Ce n’est pas pour ce que ça rapporte qu’on fait ça ! On fait ça parce que ça nous fait rire. On a notre camion, on a nos copains et on passe des journées et des soirées magnifiques.

Pour lire l’interview complète des Sticky Boys, c’est par ici :

Les Sticky Boys au Hellfest

1 thought on “Hellfest : les Sticky Boys se souviennent !”

  1. Pingback: Hellfest : la checklist pour le camping du festival | Le Cri de la Lyonne

Leave a Reply